Projets en lien avec RITEAM :

Recherche DysCog

Impact d’un jeu vidéo sur l’apprentissage des fractions chez l’enfant avec et sans trouble de l’apprentissage : aspects neuro-cognitifs et didactiques

Gardes, M.-L.

Cette recherche, financée par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et intitulée Impact d’un jeu vidéo sur l’apprentissage des fractions chez l’enfant avec et sans trouble de l’apprentissage : aspects neuro-cognitifs et didactiques s’effectue au sein de l’Institut des Sciences Cognitives Marc Jeannerod à Lyon. L’objectif de cette recherche est d’évaluer les effets de l’utilisation d’un jeu vidéo didactique sur l’apprentissage des fractions au cycle 3. Elle s’inscrit dans un nouveau champ de recherche combinant les connaissances en sciences cognitives (psychologie et neurosciences) et didactique pour comprendre et améliorer les apprentissages à l’école. Elle se décline en trois objectifs spécifiques. Le premier objectif spécifique est l’évaluation de l’impact du jeu sur l’apprentissage des fractions et le fonctionnement cérébral d’enfants tout-venants, issus de tous milieux sociaux, jouant au jeu dans leurs familles. Le second objectif spécifique est l’évaluation de l’impact du jeu sur l’apprentissage des fractions d’enfants présentant des difficultés profondes dans l’apprentissage des mathématiques (par exemple la dyscalculie), issus de tous milieux sociaux, jouant au jeu dans leurs familles. Le troisième objectif spécifique est l’évaluation de l’impact du jeu sur l’apprentissage des fractions d’enfants jouant au jeu en classe, au sein d’une séquence d’apprentissage construite par l’enseignant.

La recherche a débutée en septembre 2017 avec la réalisation d’un test diagnostique pour évaluer les connaissances et les compétences des élèves sur les fractions (au cycle 3) ainsi que les premières expérimentations en classe de CM2 et de sixième.

Un trouble à l’interface entre différents champs disciplinaires (handicap, santé et formation) : La dyscalculie

Projet de thèse

Peteers, F.

Dans le cadre de la thèse en cours (co-financée par l’Université de Reims Champagne-Ardenne et la Communauté d’Agglomération de Châlons-en-Champagne), nous nous posons les questions suivantes : Quelle est la place de la didactique dans les recherches concernant la dyscalculie ? Comment concilier les différentes approches (cognitives et didactiques) pour une meilleure compréhension du trouble et pour faciliter les échanges entre professionnels ? L’objectif est de construire un dispositif de repérage de difficultés en mathématiques qui faciliterait les échanges entre enseignants et orthophonistes en proposant un inventaire commun des difficultés de l’enfant exploitable par chacun. Pour cela, nous nous appuyons sur des éléments théoriques issus de la didactique des mathématiques et de la cognition numérique ainsi que sur une analyse de tests existants destinés à évaluer les compétences de base en mathématiques dans le cadre scolaire ou en vue d’établir un diagnostic médical.

Recherche EduMath

Les processus d’enseignement et d’apprentissage en mathématiques : élèves avec trouble d’apprentissage en mathématiques

Robotti, E.

Cette recherche vise à examiner les processus d’enseignement et d’apprentissage en mathématiques dans un cadre de didactique inclusive en se centrant sur les élèves avec trouble d’apprentissage en math.

Pour cette raison, l’objectif de la recherche porte sur l’analyse des conditions et des choix didactiques (organisation des activités didactiques, choix des instruments à utiliser, définition des tâches…) qui peuvent favoriser l’apprentissage de tous les élèves de la classe.

Le cadre théorique fait référence  à la fois au domaine de recherche en psychologie cognitive et en neuroscience et au domaine de la didactique des mathématiques en essayant d’en tirer des informations conjointes efficaces.

La recherche a débuté en 2013 au sein d’un groupe de recherche-action, nommé EduMath, composé de 30 enseignants d’école primaire et maternelle et d’un chercheur (Elisabetta Robotti). Elle a développé à la fois des études de cas et des expérimentations sur les fractions et les faits arithmétiques, en particulier en classes primaires avec 400 élèves environ.

Les résultats de cette recherche ont été et sont encore l’objet de nombreuses publications.

Difficultés d’apprentissage et d’enseignement en mathématiques

Projet HEP Vaud, 2013/2017

Dias, T. & Deruaz, M.

Le but de notre projet est de contribuer à répondre aux interrogations actuelles concernant les troubles des apprentissages en mathématiques dans le contexte scolaire. L’étude traite de la complexité du diagnostic de déficience et propose également des pistes de réflexion quant à la prise en charge de ces difficultés dans le contexte scolaire. Nous souhaitons explorer les corrélations qui existent entre les difficultés d’apprentissage des élèves et les difficultés d’enseignement de leurs professeurs. Nous pensons notamment que la terminologie « dyscalculie » est employée de façon relativement abusive et que les conséquences d’une catégorisation trop rapide et systématique de ces phénomènes scolaires laissent souvent les enseignants dans des situations professionnelles très inconfortables (Deruaz & Dias, 2016 ; Dias & Deruaz, 2012). Dans Deruaz & Dias (2016) nous avons par exemple mené une étude de cas dans le contexte d’un dispositif d’appui individuel pour une élève de lycée signalée en difficulté. Nous avons montré que la spécificité des étayages utilisés permettent de relativiser la notion de troubles des apprentissages en mathématiques. Notre étude porte sur différents niveaux de scolarité des élèves, cette longitudinalité étant nécessaire à une exploration plus exhaustive des liens de corrélation que nous cherchons à mettre en évidence.